motivation et entrainement

Comment retrouver la motivation de s’entraîner ?

La « motivation », est un concept de base en préparation mentale. Dans le domaine du sport, ce terme est bien souvent employé pour son rôle déterminant sur les performances sportives. En effet, elle va conditionner à la fois l’investissement dans l’activité (intensité, niveau de concentration, plaisir procuré…) mais aussi la persévérance (régularité, qualité des entrainements, concentration optimale…)

 

Selon une théorie, la motivation serait la résultante d’une interaction entre les objectifs, les émotions à un moment donné et l’appréciation de ses capacités face aux opportunités offertes par l’environnement.

 

Cette définition prend d’autant plus de sens en cette période sanitaire particulière qui met à mal les émotions et les opportunités. En revanche, essayons d’agir sur les objectifs et les capacités qui auront un impact positif sur l’état émotionnel.

 

Qu’est ce que la motivation ?

 

Il existe deux types de motivation : 

  1. La motivation intrinsèque concerne l’action qui est conduite uniquement par le plaisir et l’intérêt procurés par l’activité. Aucune récompense externe n’est attendue. Par exemple, certains pratiquent leur activité physique seulement pour se défouler, se faire du bien après le travail, s’entretenir…
  2. La motivation extrinsèque : d’autres seront davantage concernés par la motivation extrinsèque qui concerne l’action qui est provoquée par une source extérieure : les compétitions, les récompenses, les médailles, la reconnaissance, le fait de faire plaisir à son entourage…

 

L’amotivation : un troisième état vient compléter ces deux types de motivation. Il s’agit de l’amotivation qui concerne le sentiment d’être soumis à des facteurs hors de tout contrôle. C’est l’absence de motivation liée au sentiment de ne plus être capable… il s’agit du moment où le sportif ne trouve plus aucun intérêt à continuer à s’impliquer. Par exemple, la situation liée à la Covid peut être une source d’amotivation pour certains.

 

Si les motivations extrinsèques sont intéressantes au début, il est nécessaire d’apprendre rapidement à se centrer sur des motivations plus intrinsèques, qui sont plus personnelles. Ces dernières sont en effet plus rassurantes et permettent de prendre en main son projet sportif. La recherche a démontré que les motivations extrinsèques peuvent être une source importante de stress.

 

Pour résumer, lorsque l’on subit une situation de démotivation, nous perdons d’abord le contact avec nos objectifs puis nos raisons d’être. Nous nous accrochons à ce que nous faisions et que nous ne pouvons plus faire. Une lutte commence avec soi-même. Ainsi, je vous propose cette feuille de route afin de vous aider à restaurer la motivation. Offrez-vous ce temps de mise au point.

 

Votre feuille de route

Mes motivations sportives

Dans ce tableau, liste l’ensemble de tes motivations. Qu’est-ce qui te motive à aller à l’entrainement régulièrement, à vouloir progresser ?

 

Qu’est-ce qui me motive
à faire du sport ?
Type de motivation
(E ou I)
  • ……………
  • ……………
  • ……………
  • ……………
  • ……………
  • ……………
  • ……………
  • ……………
  • ……………
  • ……………

Une fois ta liste établie, relis-là et approfondie encore pendant quelques minutes. Quand tu as fini le recensement, classe-les par ordre décroissant d’importance en inscrivant un chiffre à côté de chacune d’elles.

 

Identifie ensuite le type de motivation : intrinsèque ou extrinsèque. Inscris un I ou un E à côté de chacune d’elles.

 

Plus tes motivations seront nombreuses (une quinzaine), plus cela démontrera la qualité et la pertinence de ton projet sportif. L’idéal consiste à avoir autant de E que de I. Rappelle-toi que trop de E génère du stress…

 

Mon approche de la compétition

Mon approche de la compétition

  1. Surligne tous les mots qui te parlent, ceux dans lesquels tu t’identifies dans ton approche du sport.
  2. Ensuite, sur une échelle de 100%, estime quelles parts occupent l’égo et la tâche. Si tu ne fais pas de compétition, réfléchis à ton état d’esprit pendant un WOD.

 

Dans une compétition, l’idéal serait d’être centré à 90% sur la tâche et 10% sur l’égo.

La fixation d’objectifs

Pour bien fixer ses objectifs

  1. Formuler des objectifs précis
  2. Des buts difficiles mais réalistes
  3. Fixer des échéances : court, moyen, long terme
  4. Les fixer par écrit
  5. Mettre au point des stratégies pour les atteindre : les moyens
  6. Mesurable : comment je sais que je l’ai atteint ?

 

Grille d’objectifs
Mes objectifs échéances les moyens
(stratégie à mettre en place)
évaluation
  • ………
  • ………
  • ………
  • ………
  • ………
  • ………
  • ………
  • ………
  • ………
  • ………
  • ………
  • ………
  • ………
  • ………
  • ………
  • ………
  • ………
  • ………
  • ………
  • ………

Une fois les objectifs précis définis, essaye de les avoir en tête à chaque entraînement. Se fixer des objectifs permet également d’optimiser le niveau de concentration et donc de progresser.

 

Bon cheminement à tous et n’oubliez pas d’être Ubuntu. « Je suis parce que nous sommes ».

 

Eléonore Marquebieille
Psychologue & Préparatrice Mentale (en formation)

Eléonore Marquebieille Psychologue et Préparatrice Mentale
« Je m’appelle Eléonore et je suis tourangelle depuis peu mais je n’oublie pas d’où je viens (coucou les Landes, le Pays Basque, la plage, le surf, le soleil…). Je suis passionnée de psychologie et de sport, j’ai donc fait de ces deux passions mon métier. Actuellement, je travaille en tant que psychologue auprès d’enfants et d’adolescents. Le CrossFit, faisant partie intégrative de ma vie depuis quelques années, j’ai donc décidé de développer mon accompagnement dans ce sport. J’ai la conviction que sans bien-être psychologique du sportif, il ne peut pas y avoir de performance durable. Je vous invite donc à découvrir dans cet article, ce qu’est la préparation mentale et ma philosophie ! »

Comment retrouver la motivation de s’entraîner ?